Le photographe et ambassadeur pour Photospecialist, Pie Aerts, revient d’un voyage en Laponie où il a capturé le merveilleux monde hivernal à l’aide d’un Canon EOS 5D Mark IV et quelques objectifs Canon L. Voici son récit et quelques photos de son voyage dans le Grand Nord.

Lapland

Rêves de Laponie

Quel enfant n'en a pas rêvé ? Rendre visite au Père Noël en Laponie. Alors que certains d’entre nous étaient curieux de connaître l'origine de Saint Nicolas, j'ai pour ma part toujours eu une grande attirance pour le Père Noël, ses rennes volants, la neige, les camions de Coca-Cola et une curiosité toujours vivace de voir en vrai où il vit. Étant petit, j'ai souvent fantasmé la nuit sur la manière dont son traîneau peut voler au-dessus des toits des maisons et combien il doit faire froid avec autant de neige. Quand je me suis retrouvé avec un appareil photo entre les mains et que j’ai commencé à prendre des photos, des années plus tard, j'ai vite découvert une seconde fascination : l'Arctique.

Des journées d'été sans fin. Des nuits d'hiver sans fin. Sa position sur le globe terrestre, sa lumière intéressante toute l'année et une heure dorée qui peut parfois durer jusqu'à 6 heures. Et sans oublier la lumière du Grand Nord, à couper le souffle. Que demander de plus quand on est un photographe ?

En route vers la Finlande

Du coup, quand j'ai récemment été approché par VisitFinland pour partir en Laponie finlandaise, il me fut difficile de retenir mon enthousiasme. Une semaine en « chasseur de lumière », des teintes pourpres, orange et jaunes le matin et des couchers de soleil magiques en soirée, au beau milieu d’un paysage caché sous une couverture blanche, avec les tykkylumi comme cerise sur le gâteau, ces célèbres arbres recouverts d’une épaisse couche de neige pendant des mois. Le rêve de tout photographe. Mais la réalité fut bien différente ...

Quand vous êtes photographe, vous pouvez contrôler beaucoup de choses. Pour moi, ça commence toujours par le repérage des lieux. Quelques semaines auparavant, je m’écarte un peu de l'itinéraire et je géolocalise tous les endroits que je veux visiter. La préparation est clé quand il s'agit de photographier en plein air. Ensuite, je recherche des photographes locaux sur Instagram et les contacte pour obtenir les meilleurs conseils locaux. Et souvent, nous nous rencontrons sur site pour photographier ensemble.

Lapland2

Après avoir repéré les sites, je mène une enquête quant aux horaires de la journée où les prises de vue sont les meilleures. Pour cela, il faut essayer de comprendre la position du soleil, mais aussi la position de la lune. Il y a plusieurs applications pour cela, comme The Photographers Ephemeris et Photopills. Conséquence : il faut bien souvent se lever très tôt car la meilleure lumière n'apparaît jamais dans l'après-midi. On me demande souvent quel est le secret derrière mes plus belles photos. Ma réponse est invariablement : « se lever plus tôt ».

Matériel photo

La deuxième chose qu’il vous faut absolument maîtriser à 100 % quand vous êtes photographe, c’est votre matériel. Pour ce voyage en Laponie, Photospecialist m'a fourni un Canon EOS 5D Mark IV. Couplé à un objectif Canon 11-24 mm f/4, il s'agit d'une merveilleuse configuration pour des prises de vue ultra-larges au cœur des forêts finlandaises. Les autres objectifs que vous trouverez toujours présents dans mon sac photo sont un Sigma 35 mm f/1.4 Art, un Canon 50 mm f/1.2 et un Canon 85 mm f/1.2. Oui, j'aime photographier avec des objectifs primés. Pourquoi ? Essayez-les et vous comprendrez.

Pluie ou soleil

Enfin, le troisième facteur, des plus importants pour le photographe de plein air : la météo. « On ne gagne pas à tous les coups ». Et lors de ce voyage, ce fut un sacré coup perdant.

Lapland3

Pendant toute la durée du séjour, le soleil n'a pas montré le bout de son nez. Bonne nouvelle, je dirais habituellement, parce que j'aime vraiment les atmosphères brumeuses et que la lumière du jour combinée à un ciel bleu offre rarement de belles images. Mais la Laponie, elle, a simplement besoin d'un peu de soleil pour se transformer en ce superbe pays, paradis des merveilles hivernales. Notamment parce que le soleil reste si bas à l'horizon tout au long de l'hiver.

Malheureusement, nous n’avons pas eu cette chance. Et dans ce cas, il ne vous reste plus qu’une seule solution : la reddition. Et trouver d'autres idées créatives. L’heure bleue, la période matinale qui précède l'aurore, juste avant qu'apparaisse la lumière du jour, devient alors soudainement votre meilleure amie. S’évader en traîneau à travers les bois à vive allure, tiré par 12 chiens huskies sauvages, devient un vrai passe-temps. Et les nuits que aviez prévu de passer à -25 degrés Celsius sur une motoneige à chasser les éclats des aurores boréales, vous les passez en fin de compte près de la cheminée ou au sauna. Il y a pires situations dans le monde, n’est-ce pas ? Et puis, il y a des pistes de ski à Levi. Pas mal avec 40 cm de neige fraîche chaque nuit. Dans l'ensemble, c'était une aventure moins agréable que nous l'avions espérée, mais il arrive parfois qu’on perde.

On croise les doigts pour que les dieux de la météo en Afrique nous soient plus favorables dans deux semaines. À bientôt.

Lapland4
Lapland5